Mon amie la rose

« On est bien peu de choses,  et mon amie la rose me l’a dit ce matin. A l’aurore je suis née, baptisée de rosée, je me suis épanouie, heureuse et amoureuse, me suis fermée la nuit »

Cécile Caulier
Je ne suis pas certaine d’avoir envie d’écrire mes maux ce soir, enfin pas ceux de ce soir en tout cas. Parfois la peine est telle que tu ne trouves plus tes mots, la solitude tellement forte qu’elle te cloue le bec. Juste, je suis fatiguée. Tellement fatiguée … J’en peux plus de lutter dans cette société, de lutter pour trouver ma place, dans un monde où c’est à celui qui souffrira le plus. Ouais parce que finalement : « T’es pas pauvre et à la rue ? T’es en bonne santé ? Bah alors pourquoi tu te plains, te plains pas, tellement de gens rêveraient d’avoir ta vie ! » Et tu sais quoi de ma vie, toi qui parles un peu trop vite ? La souffrance ne se compare pas d’un individu à un autre … Qui tu es pour me dire que j’ai pas le droit d’avoir mal, sous prétexte qu’à tes yeux extérieurs ma vie est belle ? Chacun n’a pas les mêmes combats, on a tous une obscurité différente. Chaque jour je me bats contre mes ténèbres, en essayant de faire en sorte que la lumière grignote un peu plus leur terrain. Jamais je ne me permettrais, moi, de comparer tes difficultés avec les miennes. On ne peut pas comparer l’incomparable …
Regarde les cernes que t’as sous les yeux, t’en as pas assez de tromper ton monde ? De faire croire que tout va bien alors que tu tombes littéralement, que t’arrives pu à dormir, et que même quand tu le fais tu es incapable de te reposer ? T’en as pas marre d’afficher ce faux sourire ? Ca sonne mal j’te dis, c’est pas cohérent. Ca fait de la peine aussi, de sentir la lourdeur de ta tristesse sous tes paupières. Quand on y regarde de plus près, au-delà de ces lèvres retroussées, on voit bien que t’as le regard éteint. Tu souris même pu avec les yeux, ta bouche n’est qu’un masque figé. Qui est-ce que tu crois tromper ? –
Fiou, ça fait du bien quand même …


Publicités

2 commentaires sur « Mon amie la rose »

  1. C'est un beau texte que tu as fait là tout comme les autres. Et oui on a le droit d'être triste ou malheureux même si on a comme tu le dit si bien un boulot ou autres (un logement, une famille et des amis qui nous aiment) et on a toujours envie de plus et d'être plus heureux.

    J'aime

  2. « Comme tous les autres » ? J'en ai pas encore publiés en dehors de celui-ci 😀 Mais merci 🙂
    Là où je veux en venir surtout, c'est que je me suis déjà plusieurs fois pris dans la figure que « tu as les moyens de … donc tu peux pas être malheureuse ». Bah nan, l'argent n'achète pas l'essentiel …

    Merci pour ton retour 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s